Article de Jean-Paul Gavard-Perret

Lieux de silence

Yannick Bonvin Rey, exposition, Galerie Marianne Brand, Carouge, du 5 au 23 novembre 2016.

Existe chez Yannick Bonvin Rey l’apparition de lieux mystérieux fondés par la peinture elle-même dont le langage devient bien plus qu’un réseau de signes. Le travail des pigments et de la matière crée une texture de strates, traits et griffures. La dissolution, la volatilisation du paysage réel se métamorphose en des formes et des forces plus sourdes en ce qui tient d’une alchimie. Elle donne au monde une nouvelle figuration et impose un recueillement. Les propriétés du visible et de l’invisible s’irradient mutuellement en une atmosphère étrange et poétique.

Chaque peinture de Yannick Bonvin Rey est de plus animée d’une lumière interne et d’une chaleur infuse qui ne refuse pas parfois une certaine froideur. Elle constitue autant le reflet des origines que le charme parfois raturé d’un lieu ouvert. Mais tout reste sur le point de se défaire. S’agit-il de déboucher sur le néant ou sur nos gouffres intérieurs ? Tout est possible. Yannick Bonvin fait pénétrer dans un univers où se détache de la masse des formes et des couleurs un bondissement ou une plongée là où tout est à la fois riche et nu en une complexité savamment orchestrée.

Jean-Paul Gavard-Perret